La règlementation thermique RT2012 exige une mesure de la perméabilité à l’air de l’enveloppe des maisons individuelles inférieure ou égale à 0,60 m3/h/m2.

Une consommation énergétique maîtrisée

Le contrôle de la perméabilité à l’air d’une construction vise à  détecter et quantifier les flux d’air parasites présents au travers de l’enveloppe du bâti.

En effet, Le gain engendré par la maîtrise de la perméabilité à l’air permet de réduire de l’ordre de 10% la consommation énergétique d’un bâtiment.

Pour atteindre l’efficience énergétique, la RT2012 rend impératif la prise en en compte ce paramètre en complément d’une enveloppe thermique performante, continue et d’un système de chauffage à haut rendement.

Comment mesurer l’enveloppe d’une maison ?

La maison est mise en surpression ou en dépression afin de mesurer le débit des fuites d’air propres au logement. Un système de mesure physique « blower door » est installé sur une des portes extérieures de la maison.

Ces mesures doivent être effectuées conformément à la norme NF EN ISO 9972 et à ses documents d’application, par une personne reconnue compétente par le ministre chargé de la construction et de l’habitation, indépendante du demandeur ou des organismes impliqués en exécution, maîtrise d’œuvre ou maîtrise d’ouvrage sur les bâtiments visés.

Le rapport de la mesure de l’enveloppe d’une maison individuelle

Après la mesure, l’opérateur transmettra un rapport de test conforme à la réglementation et aux normes en vigueur (FD P5O-784).

Ce rapport rappellera les conditions de réalisation de la mesure, le lieu d’implantation du matériel de mesure, la liste du matériel utilisé, le conditionnement du bâtiment, le déroulement de la mesure (sous forme de tableau retraçant les mesures induites et les débits d’air correspondants), la liste des fuites constatées accompagnées de photos, des recommandations pour remédier aux fuites constatées.

Les constructeurs de maisons Individuelles peuvent s’ils le souhaitent s’engager dans une démarche qualité en vue de l’obtention d’un agrément ministériel ANNEXE VII. Dans ce cas, ils présenteront un dossier à un organisme certificateur  afin de recevoir un agrément leur permettant d’effectuer un contrôle seulement sur environ 10% de vos constructions.